Définition nationale des troubles d’apprentissage

L’expression «troubles d’apprentissage» fait référence à un certain nombre de dysfonctionnements pouvant affecter l’acquisition, l’organisation, la rétention, la compréhension ou le traitement de l’information verbale ou non verbale. Ces dysfonctionnements affectent l’apprentissage chez des personnes qui, par ailleurs, font preuve des habiletés intellectuelles essentielles à la pensée ou au raisonnement. Ainsi, les troubles d’apprentissages sont distincts de la déficience intellectuelle. Les troubles d’apprentissage découlent d’atteintes d’un ou de plusieurs processus touchant la perception, la pensée, la mémorisation ou l’apprentissage. Ces processus incluent entre autres le traitement phonologique, visuo-spatial, le langage, la vitesse de traitement de l’information, la mémoire, l’attention, et les fonctions d’exécution telles que la planification et la prise de décision.

Les troubles d’apprentissage varient en degré de sévérité et peuvent affecter l’acquisition et l’utilisation :

  • du langage oral (aspects réceptif et expressif)
  • du langage écrit
  • la lecture : l’identificaton des mots (décodage et reconnaissance instantannée) et la compréhension
  • l’écriture : l’orthographe et la production écrite
  • des mathématiques : le calcul, le raisonnement logique et la résolution de problèmes

Réalités

7%

Sept pourcents des enfants dans nos maisons de transition souffraient des troubles d'apprentissage

Les troubles d’apprentissage durent la vie entière. Toutefois, leurs manifestations varient tout au long de la vie, et sont tributaires de l’interaction entre les exigences du milieu, les forces et les besoins de l’individu. Un rendement scolaire bien en deçà de celui anticipé, au même titre qu’un rendement obtenu au prix d’efforts et de soutien dépassant largement ceux normalement requis, sont des indices de troubles d’apprentissage. Les troubles d’apprentissage découlent de facteurs génétiques ou neurobiologiques ou d’un dommage cérébral, lesquels affectent le fonctionnement du cerveau, modifiant ainsi un ou plusieurs processus reliés à l’apprentissage. Les troubles d’apprentissage ne sont pas initialement attribuables à des problèmes d’audition ou de vision, à des facteurs socio-économiques, à des différences culturelles ou linguistiques, à un manque de motivation ou à un enseignement inadéquat, bien que ces facteurs puissent aggraver les défis auxquels font face les personnes ayant des troubles d’apprentissage. Les troubles d’apprentissage peuvent être associés à des troubles attentionnels, comportementaux et socio-affectifs, à des déficits d’ordre sensoriel ou à d’autres conditions médicales.

l’individu et doivent inclure les mesures suivantes :

  • l’enseignement correctif adapté aux déficits spécifiques
  • l’enseignement de stratégies compensatoires
  • la mise en place de mesures d’appui appropriées
  • le développement de la capacité de l’individu à faire valoir ses besoins spécifiques auprès de son entourage

Réalités

3.7%

3.7% des etudiants souffrant de troubles d'apprentissage entreprennent des etudes postsecondaires, compare a 43% de la population general

TYPES DE TROUBLES D'APPRENTISSAGE

Un trouble d’apprentissage est une affection qui touche la capacité d’une personne à traiter de l’information. Les personnes ayant des troubles d’apprentissage ont des capacités intellectuelles dans la moyenne ou supérieures à la moyenne. Un trouble d’apprentissage n’est pas une déficience intellectuelle.

ATTENTION : en Europe, notamment au R.-U., le terme trouble d’apprentissage est utilisé pour qualifier une déficience intellectuelle.
Parmi les gens ayant des troubles d’apprentissage, on estime que 80 % auraient des difficultés dans ce domaine, ce qui en fait la forme la plus courante de TA. C’est un trouble affectant le langage qui cause des difficultés à traiter ou comprendre des mots, des phrases ou des paragraphes. Les gens peuvent avoir des problèmes de prononciation, de décodage ou de compréhension. Beaucoup de personnes dyslexiques sont particulièrement talentueuses dans les arts et la musique, la perception visuelle en 3D, en sport et en mécanique.
Ce TA affecte la capacité à comprendre et à résoudre des concepts mathématiques, ainsi que des concepts liés au temps et à l’argent. Les gens atteints de dyscalculie ont souvent de la difficulté à acquérir des suites logiques et des relations de base, les tables de multiplication, à effectuer des opérations de calcul mental et à se rappeler des étapes dans les formules et les équations.
Il s’agit d’un trouble d’apprentissage qui rend très ardu de former des lettres et d’écrire à l’intérieur d’un espace défini. Beaucoup de gens atteints de dysgraphie ont une calligraphie irrégulière et incohérente. Nombreux sont ceux qui peuvent écrire lisiblement, mais très lentement. Généralement, les gens souffrant de dysgraphie ne sont pas capables de visualiser les lettres et ne possèdent pas la capacité de se rappeler les schémas moteurs des lettres. Écrire leur demande beaucoup de temps et d’énergie.
La dyspraxie affecte les zones où les capacités motrices fines sont sollicitées. Les symptômes incluent les problèmes de coordination et de dextérité manuelle. Les gens qui en sont atteints on des difficultés avec les ciseaux, les boutons, le dessin et l’écriture.
Ce TA est un syndrome neurologique qui touche principalement le côté droit du cerveau. Les personnes atteintes de ce TA ont une très bonne capacité verbale, une mémoire et une aptitude à épeler remarquables et une bonne rétention auditive, pourtant, elles possèdent des aptitudes sociales médiocres et de la difficulté à comprendre les expressions faciales et le langage corporel. Nombreuses sont celles qui ne réagissent pas bien au changement et certaines ont un piètre jugement des gens. Certaines personnes ayant ce TA ont une mauvaise coordination, des problèmes d’équilibre et des problèmes de capacité motrice fine.
Ce TA est une défaillance de traitement de l’information. Le problème est la difficulté à interpréter de l’information auditive et une défaillance au niveau du développement du langage et de la lecture. Un exemple de ce trouble est la difficulté à anticiper comment un locuteur terminera sa phrase.
Ce TA est le problème pour interpréter l’information visuelle. Les symptômes comprennent la difficulté à lire, à écrire et les mathématiques. Un exemple de ce trouble est la difficulté à distinguer des lettres telles que le « h » et le « n ».
Les lobes frontaux du cerveau sont les régions affectées en cas de trouble des fonctions de direction. Cette zone est celle qui gère le temps et l’attention, l’aptitude à changer de sujet, à planifier et à organiser, à se rappeler des détails, à intégrer l’information et les barrières internes de la communication.
TOP